À ma famille...

Mis à jour : janv. 11


Je m’appelle Lora, enfin c’est le nom que mes parents m’ont donné sauf si je leur ai légèrement soufflé. J’aime ma mère,Viviane, (définition : une brouette à deux roues ou pleine de vie, vivre).

Une artiste oubliée, un cœur d’or caché. Une femme effacée face à une vie mouvementée, une enfant passionnée au cœur léger que j’ai eu l’occasion de rencontrer dans ses textes délaissés. j’ai souvent entendu des histoires sur sa beauté italienne qui faisait tant briller le cœur des hommes. Je la regarde, je l’observe souvent, si belle, si douce, si folle. J’adore l’entendre rire, chanter, exploser de joie et j’ai mal de la voir souffrir, parfois prisonnière de ses émotions, prisonnière de ses limitations. J’adore la voir rayonner comme un soleil d’été, comme une fleur admirée et aimée.

J’aime mon père, Michel, un servant chevalier baraqué mais affectueux, un cœur timide mais vrai, il parle peu mais n’a pas peur de pleurer lorsqu’il est heureux. Un homme mystérieux, légèrement sauvage, parfois brusque dans ses mots, parfois silencieux, la tête dans les cieux.

J’adore le regarder danser, le temps d’une valse ou d’un rock maîtrisé et j’aime l’imaginer gratter sa contrebasse sur scène le temps d’une chanson polonaise.

J’aime mon frère Lary, mon meilleur ami, admiratrice de ses dons innés, parfois inexploités, un artiste talentueux, lorsqu’il chante on peut sentir la terre vibrer, la terre s’élever. Un taureau têtu au cœur d’ange, créatif et grand rêveur. Un homme d’une extrême sensibilité, une carapace fermée à double clé. j’adore rire ensemble d’un humour illimité, Lary le clown déjanté.

J’aime mon frère Lorin, je le vois cheminer, explorer, voyager au cœur de son être. De l’ombre à la lumière, de la matière à l’esprit, j’apprends au rythme de sa vie. L’étincelle d’amour et d’espoir que je vois dans ses yeux bleus, un pas dans le quantique, une caresse énergétique. J’adore partager nos peurs, partager nos cœurs. D’âme à âme, la main dans la main, grandir ensemble, au plus près de soi, au creux de notre foi.


Lora


32 vues0 commentaire